Toute la restauration ne s’arrête pas pendant le confinement

Mon gentil chat Malo, avant de devenir la carpette à poils longs que vous connaissez, à eu une période hyper active où il jouait à cache-cache derrière notre « académie d’homme », traduction en moins chic : notre portrait d’homme à poil… Bilan, 52 cm de déchirures cumulées en L en T, il y en avait pour tous les goûts et 4 perforations. Il faut bien que jeunesse se passe… Alors comme c’est exactement le genre de truc à faire quand on a épuisé tout le reste, je m’y suis attelée et Philippe l’a filmé.

3 Commentaires

  • Catherine Duverney dit :

    D’une efficacité redoutable à tous les points de vue, chère Zaza !
    J’ai tout de suite envie d’aller dénicher des toiles oubliées pour les mettre dans tes mains expertes et délicates !! Merci pour ce moment de magie !
    Ah bon ? Ce n’est pas de la magie ? C’est…? Du travail ? De la passion ? L’amour du travail bien fait ? L’excellence… qui est la somme de petites choses faites correctement ?
    Apprécions à sa juste valeur cette artiste experte ! Bravo ! 🤩

  • Thierry dit :

    Je comprends enfin pourquoi tes tarifs de restauration sont si peu chers : c’est que, en fait, ça va très vite et, en quelques minutes, tu restaures divinement une pauvre toile accidentée. Tout s’explique donc.
    Non, sérieusement : quand tes clients se rendront-ils compte que, derrière une telle dextérité fascinante, il y a 45 ans d’expérience ?

  • Chantal dit :

    Trop fastoche, Isabelle! Merci à Philippe pour ce petit film qui met en lumière la qualité de ton travail !

Écrire un commentaire

leo libero suscipit dictum justo quis mattis id non porta.